LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE 60€ D'ACHAT

« Promouvoir l’Asie à travers ce genre d’événement est un combat à mener » (INTERVIEW)

Ces dernières semaines, nous revenions ensemble sur le dernier événement organisé par Evaan Market : Les Artisans du Mékong – Edition Cambodge 2021.

Après avoir rencontré Chang-Thona (danse traditionnelle khmère), Nak (combattant Bokator) ou encore Catherine (création de bijoux), nous rencontrons aujourd’hui Lyvann Loeuk de la Galerie Lee.

Lors de l’événement Les Artisans du Mékong - Edition Cambodge 2021, Lyvann nous a accompagné sur la partie exposition photo, en collaboration avec l’artiste photographe-documentariste Monor Moul. 

Le temps de quelques jours, la collection photographique privée de Monor Moul, trésor d’archives photographiques du Cambodge, a été exposée à l’espace Cinko. Cette collection de photos a pour ambition de rassembler, sauvegarder, numériser et produire des images, mais aussi de mettre en valeur un patrimoine photographique unique. Il permet, à travers ses différents clichés, de rendre accessible l’histoire du Cambodge, d’hier à aujourd’hui.

En plus de cette superbe collection, vous avez eu l’occasion de découvrir une série de photos portraits-documentaires nommée « Le Cambodge d’aujourd’hui ». Une collection chronologique nous permettant de voyager à travers le temps, avec des modèles tous plus différents les uns que les autres, issus de toutes les classes sociales, représentatifs de la société d’aujourd’hui : avocat, artisan, homme politique, militaire… et ce partout à travers le pays.

Pour Lyvann, l’événement organisé par Evaan Market et son fondateur Dara est totalement en adéquation avec sa vision. Directeur artistique de la Galerie Lee, Lyvann a pour objectif et mission de présenter l’art contemporain khmer. En 2018, il a d’ailleurs ouvert sa propre galerie à Siem Reap, Batia Sarem, en collaboration avec le galeriste Yves Zlotowski.

« Il est évident que pour quelqu’un comme moi, ce genre d’événement ayant pour but de mettre en avant la culture du Cambodge, mon pays d’origine, est essentiel. C’est d’ailleurs ma mission au quotidien. Je suis personnellement de tout cœur avec le travail de Dara qui dépense beaucoup d’énergie et ce, depuis de nombreuses années, pour créer ce genre d’événement fédérateur et culturel. Selon moi, la mise en avant des produits présentés par Evaan Market, qui, ne l’oublions pas, permettent à de multiples artistes et artisans de vivre, est indispensable. Il faut soutenir tous ces petits producteurs, encore plus face aux géants d’Internet qui représentent une concurrence déloyale, et ont un impact négatif sur tellement de secteurs d’activités.

Que ce soit à travers ce type d’événement ou bien la commercialisation de produits éthiques, promouvoir l’Asie et plus particulièrement le Cambodge, est un combat qu’il faut mener. »

Aujourd’hui, la scène artistique Cambodgienne est certes en expansion, mais encore peu représentée en France. Toutefois, les artistes contemporains cambodgiens sont de plus en plus nombreux et s’éloignent enfin de la noirceur et du monochrome. Nous retrouvons désormais des sourires, des couleurs, et un avenir joyeux envisagé. Un nouveau souffle.

C’est au travers d’événements, d’expositions, et grâce à des personnes engagées comme peuvent l’être Lyvann ou Monor, que le Cambodge atteindra le sommet de son art.

À découvrir la prochaine exposition qui aura lieu prochainement à la Galerie Lee. 

La Galerie Batia Sarem est très heureuse de présenter les peintures de l’artiste cambodgien Than Sok.

La série s’intitule la forme de l’eau (en cambodgien Kbakh teuk) et se présente sous la forme de composition en « all over » de peintures acryliques. Sur toute la toile, sont proposés des motifs répétés qui évoquent l’eau sous divers aspects, avec en fond des monochromes de bleu, de vert, de jaune ou d’ocre. Une couleur domine chacune des compositions. C’est peut-être une eau boueuse ou agitée, dominée par un dessin schématisé représentant les fleurs ou animaux habitant les rivières et la mer, comme les titres donnés à chaque toile l’évoquent. L’eau, dans chacune des toiles, prend ainsi la forme d’un escargot, d’une hyacinthe ou d’un reptile.

N'hésitez pas à découvrir la Galerie Lee et à venir à la rencontre de Lyvann Loeuk !