FRAIS DE PORT OFFERTS A PARTIR DE 60€

Interview : « Alaya Creations, c’est la réunion de trois passions complémentaires : la peinture, la photo et les archives, avec comme thème en commun le Cambodge et sa culture »

Alaya Creations, c’est un travail de passionnés. Un travail méticuleux et une marque qui propose des collections inédites de photos, gravures, œuvres restaurées d’un autre temps. L’équipe, aujourd’hui installée au Cambodge, nous présente sa passion et son amour pour le Royaume du Sourire.

Nous laissons donc la parole à Florian, arrivé au Cambodge il y a environ 10 ans et immédiatement tombé sous le charme du pays et de ses habitants.

 

Bonjour Florian, peux-tu te présenter en quelques mots ? En quoi consiste ton travail chez Alaya Creations ?

Je m’appelle Florian, j’ai 32 ans, je vis actuellement au Cambodge depuis quelques années, à Phnom Penh plus précisément. Nous avons officiellement lancé Alaya Creations depuis quelques mois, et nous sommes plutôt fiers de ce que nous avons pu accomplir jusqu’à présent. Alaya Creations, c’est en fait la réunion de trois passions complémentaires : la peinture – la photo et estampes anciennes (archives), avec comme thème en commun le Cambodge et sa culture. La particularité de nos produits est qu’ils sont imprimés sur du tissus « canvas » de haute qualité, qui donne un rendu très sympa et se prête très bien à nos designs. Nina est artiste peintre, Nipoan mon épouse est passionnée de photographie, et moi d’estampes et gravures anciennes. Nous proposons des créations uniques, customisables selon les formats et les matières, pour décorer salon, chambre, bureau, restaurant…

 

D'où vient cette passion pour le Cambodge ?

Ma passion pour le Cambodge est difficile à expliquer, car à partir du moment où j’ai pu prendre connaissance et m’intéresser à ce pays et à sa culture, c’est venu naturellement, comme si c’était déjà en moi. Je garde un œil émerveillé quand je découvre des endroits, me balade dans les rues ou dans les campagnes, et quand je découvre une gravure ancienne ou des photos du début du siècle précédent. J’aime beaucoup les récits d’aventure et d’exploration, surtout anciens, qui vous transporte. Je retrouve cette sensation en lisant des articles de journaux d’époque, des gravure issues de voyages d’exploration et des livres anciens. Le Cambodge, ayant fait l’objet d’énormément de travaux de recherche, d’exploration et d’écriture par la richesse de son patrimoine et de son histoire, permet aujourd’hui de pouvoir redécouvrir cela à travers la lecture et le dessin.

 

Tu réalises aujourd'hui un travail d'archivage et de restauration d'œuvres. Comment les choisis-tu ?

Pour réaliser ce travail, il y a différentes façons de procéder. J’ai la chance de recevoir certaines archives de mon grand-père qui est brocanteur et qui participe donc souvent aux brocantes et aux expositions. Il a de son époque quelques éditions de la presse quotidienne comme Le Petit Journal, c’est là que j’ai trouvé mes premières œuvres à restaurer. Depuis, mon grand-père continue de m’envoyer ce qu’il arrive à dénicher.

Je participe également à des ventes aux enchères, ce qui représente un bon moyen d’approcher des collectionneurs ou bien des personnes cherchant à vendre de vieux journaux. Face aux différentes trouvailles, c’est alors à moi de faire le tri et sélectionner ce qui me plait dans la forme et dans le fond. Ensuite, j’essaie d’acheter et de me procurer ces œuvres.

 

Que souhaites-tu transmettre à travers cet art ?

À travers cet art et Alaya Creations, nous devons prendre conscience que tout ce qui est ancien a une énorme valeur. C’est là ce que je souhaite transmettre. Nous avons la chance de pouvoir observer la vision d’une autre époque, où les artistes qui gravaient et/ou dessinaient avaient un style bien particulier, tout ce qui était partagé était d’une grande qualité, et surtout très recherché.

Nous pouvons observer toute cette vision des choses de l’époque, d’il y a plusieurs décennies, avec notre œil moderne et averti. C’est une véritable chance que toutes ces œuvres, ces journaux et archives aient pu être conservées, et c’est un véritable plaisir que de pouvoir les partager à nouveau.

Je suis ravi de pouvoir, modestement et à mon échelle, participer à la conservation de ce patrimoine.

En faisant abstraction de tous les mauvais aspects de la colonisation, c’est finalement cela qui nous permet d’avoir aujourd’hui en France beaucoup d’archives, qui nous permettent de retenir les souvenirs et ne pas oublier l’histoire du pays.

 

Que peut-on souhaiter à Alaya Creations pour les années à venir ?

Pour l’avenir, espérons qu’Alaya Creations continue de se diriger dans la même direction. Nous travaillons avec passion, passons la grande majeure partie de notre temps libre à chercher des œuvres et inspirations.

Nous n’en sommes qu’au début de notre aventure et espérons pouvoir continuer à grandir tranquillement, à faire preuve de créativité pour Nina, à s’épanouir dans la photo pour Nipoan, et pour moi, à continuer à trouver des archives à partager au plus grand nombre.

 

Grâce à ses connaissances sur l'histoire du Cambodge et sa collection d’archives sur le pays, Florian ouvre une fenêtre sur le passé et nous propose un témoignage sur l'évolution du pays.

Retrouvez les œuvres d’Alaya Creations sur la marketplace d’Evaan Market.